Συγγραφέας:Βαρών, Οντέτ
 
Τίτλος:Ελληνικός νεανικός τύπος (1941-1945)
 
Υπότιτλος:Καταγραφή
 
Τίτλος σειράς:Ιστορικό Αρχείο Ελληνικής Νεολαίας
 
Αριθμός σειράς:10
 
Τόπος έκδοσης:Αθήνα
 
Εκδότης:Γενική Γραμματεία Νέας Γενιάς
 
Έτος έκδοσης:1987
 
Σελίδες:828
 
Αριθμός τόμων:2 τόμοι
 
Γλώσσα:Ελληνικά
 
Θέμα:Βιβλιογραφία
 
Νεανικά έντυπα
 
Τοπική κάλυψη:Ελλάδα
 
Χρονική κάλυψη:1941-1945
 
Περίληψη:Στους δύο τόμους του βιβλίου αυτού καταγράφονται τα νεανικά έντυπα, εφημερίδες και περιοδικά, που κυκλοφόρησαν από το 1941 ως το 1945. Η άνθηση που γνωρίζει το φαινόμενο του Τύπου στα χρόνια της κατοχής, είναι χωρίς ανάλογο προηγούμενο. Εξαντλώντας τα όρια της νομιμότητας και περνώντας παράλληλα στους μηχανισμούς της παρανομίας, παρέες, ομάδες και, κυρίως, αντιστασιακές οργανώσεις νέων εκδίδουν ένα πλήθος έντυπων. Η καταγραφή που παρουσιάζεται σε αυτό το βιβλίο είναι βέβαιο ότι μόνον ενδεικτική μπορεί να θεωρείται μιας πολύ πλουσιότερης εκδοτικής πραγματικότητας. Από την άλλη, όσο εκρηκτικό υπήρξε το εκδοτικό φαινόμενο τα χρόνια εκείνα, τόσες διώξεις αντιμετώπισαν τα έντυπα ίχνη του στα κατοπινά χρόνια, που δυσχέραναν τη διάσωση και διατήρησή τους. Αυτό εξηγεί και τις πολλές δυσκολίες που συνάντησε η έρευνα, καθώς και τα ερωτήματα που έμειναν αναπάντητα.
 
Άδεια χρήσης:Αυτό το ψηφιοποιημένο βιβλίο του ΙΑΕΝ σε όλες του τις μορφές (PDF, GIF, HTML) χορηγείται με άδεια Creative Commons Attribution - NonCommercial (Αναφορά προέλευσης - Μη εμπορική χρήση) Greece 3.0
 
Το Βιβλίο σε PDF:Κατέβασμα αρχείου 30.2 Mb
 
Εμφανείς σελίδες: 811-830 από: 931
-20
Τρέχουσα Σελίδα:
+20
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/811.gif&w=600&h=91510. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

LA PRESSE POUR JEUNES EN GRÈCE

(1941 - 1945)

UN RECENSEMENT

ODETTE VARON

Résumé

Dans le cadre du programme des Archives historiques de la jeunesse grecque, inauguré par le Sous-secrétariat à la Jeunesse, il est prévu de dresser un inventaire des publications pour jeunes depuis la constitution de l'État grec jusqu' à nos jours1. Ce recensement se propose de constituer des corpus de documents publiés dûs à la jeunesse ou s'adressant à elle, le critère retenu étant une référence claire aux jeunes, que ce soit dans le titre ou le sous-titre. C'est-à-dire qu'on ne considère pas pour «jeunes», les publications qui sont tout simplement publiées par des jeunes, mais celles qui aspirent soit à s'adresser aux jeunes, soit de mettre en avant le statut juvénile de leurs rédacteurs; tous ceux qui, en fin de compte, utilisent le statut de jeunesse comme un moyen particulier de communication. Celles-ci peuvent être littéraires, religieuses, estudiantines, scoutes ou appartenir à des jeunesses politiques.

La constitution de cet inventaire viendra à l'appui d'une approche du phénomène de l'âge jeune, au sens que ces 

—————————————

1. Dans la même collection: Kostas Tsiknakis, La presse pour jeunes (1915-1936), édit. ΙΑΕΝ 5, Athènes 1986 et Martha Karpozilou, La presse pour jeunes (1830-1914), édit. IAEN 12, Athènes 1987.

Σελ. 811
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/812.gif&w=600&h=915 10. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

publications recèlent des documents sur la double dimension de celui-ci, l'image qu'ont les jeunes d'eux-mêmes ainsi que la façon dont les adultes les perçoivent et s' adressent à eux. Une fiche est créée pour chacune de ces publications, contenant l'identité de celle-ci, c'est-à-dire les éléments suivants: titre, sous-titre, exergue, lieu de publication et imprimerie, éditeur et directeur, tirage, prix, format, nombre de pages.

Hormis les éléments ci-dessus, purement bibliographiques, une description du périodique est également donnée, basée sur une caractérisation qui comprend des extraits des rédacteurs eux-mêmes sur les buts du périodique. Il y a encore une mention la plus analytique possible du sommaire et des rédacteurs. Ensuite, sont localisés les numéros de chaque périodique dans les bibliothèques (publiques et privées), est photocopiée la première page du premier numéro et l'on procédera par la suite à une reproduction par microfilm.

Pour certaines catégories de publications, on rencontre des problèmes particuliers. Dans le cas par exemple des publications clandestines de l'occupation, qui occupent une grande partie de ce volume, la constitution d'un corpus est rendue pour la plupart d'entre eux impossible à cause du nombre infime des numéros conservés, éparpillés de plus en diverses bibliothèques ou archives personnelles, dont l'accès n'est pas toujours aisé. En parallèle à l'approche de la publication même, s'effectue également une recherche concernant la bibliographie afférente.

Il est vrai qu'à ce point se fait ressentir le manque de telles recherches bibliographiques, mais aussi d'études plus générales sur la presse. Nous procédons ainsi d'une manière quelque peu empirique, en nous appuyant sur le matériau original. Ce matériau même est susceptible d'un traitement ultérieur, qui montrera l'opinion de la jeunesse, à chaque époque, sur tout d'abord la publication elle-même et ensuite sur son impact social plus général.

Σελ. 812
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/813.gif&w=600&h=91510. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

Par son côté éphémère qui, conjointement à l'actualité et à sa large diffusion qui lui est propre, la publication périodique est un des moyens par excellence qui correspondent au désir d'expression et de communication de la jeunesse. Elle reflète et façonne en même temps les courants politiques, culturels ou autres des jeunesses de l'avant-garde, qui trouvent de la sorte un moyen d'expression. Là où les autres voies sont barrées et les obstacles insurmontables, le périodique offre toujours la possibilité d'une expression différente, moins contrôlée.

Les publications de la jeunesse constituent pendant l'occupation (avril 41-octobre 44) un phénomène à part, entièrement déterminé par les conditions spéciales qui y régnaient. Dès avril 41, date ou s'ébauche le mouvement de résistance de la jeunesse, la publication d'une presse clandestine est l'une de ses premières manifestations. Ι.'itinéraire du mouvement de la jeunesse est inextricablement associé à la presse clandestine antifasciste, qui sert de voie principale de communication avec la jeunesse à laquelle il s'adresse. La presse reflète à son tour l'attitude de la jeunesse, enregistre ses frémissements et sa sensibilité.

Tout cela dans une période de grands changements pour la jeunesse, où une prise de conscience nouvelle imprègne des couches de celle-ci de plus en plus larges. C'est justement cette conscience nouvelle, la conscience résistante, qui constitue le fil conducteur de la presse pour jeunes; elle traverse tous les aspects de la vie, le quotidien le plus trivial et les mentalités et conceptions, et marque de son sceau profondément la jeunesse de cette époque. L'effort de survie quotidien emprunte désormais des voies différentes, la tentative de solution individuelle des problèmes de tous les jours étant quasiment vouée à l'échec. Les circonstances mêmes incitent aux regroupements

Σελ. 813
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/814.gif&w=600&h=91510. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

et occasionnent un esprit nouveau de solidarité. Des différends s'aplanissent, des ponts sont jetés entre des couches de la société qui, jusqu'alors, n'avaient pas eu les moyens de communiquer. Quelques interdits sont levés, ailleurs de nouvelles barrières s'élèvent et de toute façon, les mentalités changent. Le terrain est propice aux aspirations et aux idéologies les plus diverses, lesquelles se proposent de construire une société nouvelle. Cette aspiration a déjà clairement pris forme bien avant la libération.

De nouvelles valeurs se substituent aux anciennes, des croyances ancestrales sont renversées et, sur des questions cruciales, des ruptures naissent d'avec les mentalités d'antan. Parmi ces questions, nous allons en citer une qui offre un exemple des plus nets d'un renversement dans les conceptions. Il s'agit de la place de la femme dans la société, de son rôle et de ses propres caractéristiques. La jeune fille qui prend contact avec le mouvement en adhérant à une organisation aperçoit s'ouvrir devant elle des voies nouvelles. Ses horizons s'élargissent, des champs d'activité nouveaux lui sont offerts où elle ne tardera pas à faire preuve de ses capacités. Nombreux sont, dans ces publications, les textes qui, rédigés par des jeunes femmes, se réfèrent à leur lutte pour la «double» libération: elles essaient de formuler de quelle façon elles la vivent et l'imaginent. Ceci n'est qu'une des composantes du phénomène global que nous avons défini comme prise de conscience nouvelle de la jeunesse.

Une approche de la presse pour jeunes de cette époque nous permettra d'observer de plus près certaines dimensions de ce phénomène complexe. La presse est un outil de travail adéquat qui, de par sa nature immédiate et éphémère, peut beaucoup mieux que d'autres formes d'expression relever l'apparition de changements dans leur cours et cristalliser leurs étapes successives.

Σελ. 814
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/815.gif&w=600&h=91510. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

L'idéologie apte à recevoir le phénomène nouveau était, bien sûr, celle de la gauche. Par son intervention pertinente, la gauche gagne à sa cause des jeunes de plus en plus nombreux, qui en son sein trouvent un débouché à leur désir d'action et d'interventions efficaces. Ce phénomène n'échappe pas à la gauche et elle se rend compte que l'EAM (FNL) des jeunes, qui était né de l'ΟΚΝΕ1 au début de l'occupation n'est pas le cadre le plus adéquat. C'est ainsi qu'en 23 février 1943, l'EPON (Organisation Unifiée Panhellénique des Jeunes) est créée par auto-dissolution de l'ΕΑΜ des jeunes et l'intégration de quelques autres organisations résistantes de jeunesse. Ce nouveau cadre peut recevoir le raz-de-marée des jeunes et mobiliser leur désir de résistance. L'EPON a bien saisi le message de l'époque, ce qui explique son essor fulgurant.

Bien que la presse pour jeunes soit apparue dès les premiers mois de l'occupation, elle va culminer à partir de la création de l'ΕΡΟΝ. Parmi 400 titres de publications relevés jusqu' ici, 264,-c'est-à-dire 66%, représentent des publications de l'EPON. Les titres restants correspondent soit à d'autres organisations de gauche, la plupart absorbées plus tard par l'EPON, soit à des organisations de droite, soit enfin ne dépendent d'aucune organisation et ont un caractère tout autre.

Nous distinguerons ainsi trois grandes catégories dans les publications de cette période: publications des organisations résistantes de gauche (la plus grande partie revenant à l'EPON), publications d'autres organisations résistantes (en plus petit nombre) et publications indépendantes. Cette troisième catégorie consiste en feuilles éditées surtout par de jeunes étudiants ou intellectuels témoignant des tendances et préoccupations intellectuelles de la partie la plus avancée de la 

—————————————

1. Organisation communiste des jeunes grecs (la jeunesse officielle du parti communiste grec).

Σελ. 815
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/816.gif&w=600&h=915 10. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

jeunesse. Elles reflètent également de manière très vivante la totalité de la vie étudiante et ce qui se passe dans les universités. Leur position idéologique est généralement de gauche, sans pourtant se réclamer d'organisations précises. Cette dernière catégorie comprend 48 éditions (12%).

En calculant par année, à partir de 1941 à 1945, les publications de jeunes parues, on peut dresser le tableau ci-dessous.

pour l'année

nombre de publications

pourcentage

1941

  10

  2,5%

1942

  23

  5,75%

1943

135

33,75%

1944

163

40,75%

1943-1944

  10

  2,5%

1943 ou 1944

  26

  6,5%

1945

  33

  8,25%

                         Total 400 titres

La presse résistante, et de ce fait clandestine, occupe la place majeure en la période examinée. 352 publications sur un total de 400, c'est-à-dire le 88%, appartient à des organisations de résistance de la jeunesse. On a jusqu'ici repéré 40 organisations qui avaient comme premier but la libération du pays. L'ensemble des journaux et périodiques publiés par ces organisations peut être divisé en deux groupes: en la presse des organisations de gauche, qui monte à 79%, et en la presse des autres organisations, qui occupe le 21%.

On a repéré 74 publications appartenant aux organisations de jeunesse n'ayant pas de relations à la gauche. On peut nommer: Jeunesse royaliste de Grèce (BNE),Union des jeunes royalistes-nationalistes (EBEN), Union nationale de jeunes (EDN),

Σελ. 816
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/817.gif&w=600&h=915 10. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

Organisation des jeunesses nationales unifiées (ΟΕΕΝ), Union Panhellénique des jeunes Combattants (PEAN) et Brigade Sacrée (ΙΤ). Certaines de ces organisations, comme les deux premièrement mentionnés, étaient de petits groupes, peu populaires, formés de jeunes gens royalistes et de tendance vers l'extrême droite. D'autres, par contre, comme la PEAN, et la IT, sont de véritables organisations résistantes de jeunes aux opinions politiques démocrates. La publication principale de PEAN était le journal Δόξα (La Gloire), qui publia sans interruption 100 numéros et fut l'un des journaux clandestins les plus importants. Ελληνικά Νειάτα (Jeunesses grecques) de l'IΤ connurent environ 25 numéros et Μεγάλη Ελλάς (Grande Grèce) organe du Comité central de l'EDEE1 environ 100. Les autres journaux de ce groupe ne connaissent qu'un nombre infime de numéros.

Selon la remarque de N. Anagnostopoulos, dans sa préface à Παράνομος Τύπος 1941-1944 (p. 13): «La presse de droite fut minime. Par contre, la presse clandestine de gauche avait tout submergé». Il apparaît clairement que la droite a sousestimé le rôle de l'imprimé, en particulier de celui pour les jeunes. Quant aux deux ou trois journaux mentionnés, ils paraissent tous à Athènes, la presse de droite n'ayant jamais atteint la province. N. Anagnostopoulos remarque également: «Il n' y a pas de doute que la presse de droite était aussi représentée, mais elle n'est pas sortie d'Athènes, à l'opposé de celle de gauche» (ibid., p. 13). Nous relevons donc une approche radicalement différente selon les organisations de jeunesse de droite ou de gauche, sur la question de la presse.

Ι.'EPON est parmi les organisations de gauche celle qui édite le plus grand nombre de publications. La presse de

—————————————

1. L'EDEE était la jeunesse officielle de l' EDES (l'organisation et l'armée commandée par le général Ν. Zervas).

Σελ. 817
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/818.gif&w=600&h=915 10. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

l'ΕΡΟΝ constitue par elle-même un phénomène à part, ce qu'on peut constater même à partir de son volume par rapport aux autres publications. Parmi les 400 titres que la bibliographie, ainsi que toutes sortes de références, ont repéré jusqu'ici, 264 sont de l'EPON. Nous ne possédons que pour très peu d'entre elles des séries complètes, pour d'autres nous avons des numéros isolés, nombreuses étant celles représentées par 2-3 numéros seulement. La constitution d'un corpus des publications présente de nombreuses difficultés, étant donné que les bibliothèques publiques officielles, c'est-à-dire la Bibliothèque Nationale de Grèce (EBE), la Bibliothèque du Parlement (ΒΒ) et la Bibliothèque Benaki ne disposent que de rares exemplaires. Si l'on considère que la partie la plus importante fut diffusée en province, ainsi que les conditions de clandestinité sous lesquelles elle était éditée et diffusée aussi bien en province qu'à Athènes, on comprend aisément pourquoi cette presse n'est pas parvenue jusqu'aux bibliothèques publiques. D'après certaines informations, une partie qui y est parvenue fut détruite dans la période qui suivit la libération. Le résultat en est que si l'on excepte la période de diffusion légale de Nouvelle Génération, organe central de l'EPON, dont existent des séries aussi bien, dans l'ΕΒΕ que dans la ΒΒ, rares sont les autres publications de l'époque dont celles-ci disposent. De ce fait, l'investigation se poursuivit à la Bibliothèque de l'Union des rédacteurs des quotidiens d'Athènes (ESHEA), aux Archives de la résistance du Musée Benaki, aux Archives littéraires et historiques grecques (ELIA), aux Archives du secrétariat d'État à la presse et à l'information, aux Archives de la «Résistance nationale unie», aux Archives de la société d'étude et d'illustration de l'oeuvre de l'EPON et, enfin, à la source principale, aux Archives du conseil central de l'EPON.

Une comparaison avec les publications d'autres organisations fait immédiatement ressortir que, parmi toutes 

Σελ. 818
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/819.gif&w=600&h=91510. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

celles-ci, c'est l'EPON qui attribue à la presse le poids le plus important, en faisant d'elle un moyen des plus considérables pour approcher la jeunesse et lui offrir une tribune d'expression. Un phénomène sans précédent se produit quand, avec la création de l'ΕΡΟΝ, le pays est submergé par une multitude de publications. Celles-ci se distinguent par une conception tout autre, chaque membre à l'instruction la plus rudimentaire pouvant participer aux publications de l'organisation dans son village le plus reculé. C'est le départ de journaux ronéotypés, dactylographiés ou même manuscrits de 2 à 4 pages, avec images et dessins, portant l'indication: organe de l'EPON de tel village. Dans les grandes villes de province, les journaux sont imprimés, souvent même bien imprimés si l'on songe aux conditions de clandestinité, d'un format plus grand et paraissent plus régulièrement. Leurs équipes sont composées de membres et de cadres plus expérimentés.

Pourtant, le fait le plus significatif est qu'avec l'EPON la presse devient réellement de masse, lève des interdits et des préjugés. Éditeurs et rédacteurs ne sont plus uniquement que des cadres expérimentés et qualifiés; parmi les obligations des membres on retrouve celle d'apporter son concours à la presse. C'est là l'élément nouveau que l'EPON apporte à la publication pour jeunes; elle l'affranchit des cadres où elle était gardée jusqu'alors, privilège des étudiants et des grands centres urbains, pour l'amener en province, à la campagne, au village. On ne cesse de rappeler dans ces publications: «Nous attendons des correspondances de tous les éponites, de tous nos membres». Et la demande rencontre un écho certain, ce qui confère à ces publications un caractère propre, plein de créativité et de spontanéité.

Leur uniformité dans la forme et dans le contenu est impressionnante concernant des publications venant des quatre coins du pays. Ce fait est-il dû à la discipline envers la ligne

Σελ. 819
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/820.gif&w=600&h=915 10. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

de l'organisation ou bien reflète-t-il une unanimité plus profonde? La vie et l'authenticité que dégagent ces publications prouvent qu'elles répondent à de profonds besoins d'expression et de communication. L'uniformité manifeste débute par le titre même: toujours les mêmes titres se répètent d'une région à l'autre (Des Jeunesses libres paraissent à Dimitsana, en Crète, en Etolie et Acarnanie, en Macédoine, en Épire, dans le maquis, à Athènes et ailleurs). Le choix des titres est d'ailleurs très réduit; on y répète souvent les mots: «jeune, éponite, nouveau, libre, combattant» avec tous leurs dérivés. Leur physionomie se manifeste ne fut-ce que par leur titre seul, souvent chargé: Cri, Lance-flammes, Jeunesse ardente. Le sous-titre est identique et toujours neutre: organe de «tel» conseil ou bien de «telle» région de l'EPON.

Le contenu est aussi ordonné selon une ligne précise. Des rubriques permanentes reviennent telles quelles dans la plupart des publications: «Nouvelles de notre vie et de nos activités», «Notre point de vue», «La jeune éponite», «Les aiglons», «Sports». Les éditoriaux se réfèrent soit à des événements importants de la guerre et de la résistance, soit à des documents officiels de l'organisation (décisions, etc.) souvent publiés intégralement.

La langue employée est le démotique, souvent jusqu'à l'exagération, par souci d'opposition à la langue écrite consacrée jusqu'alors. Le discours possède une forte charge émotionnelle, reposant directement sur l'imagerie de la Révolution de 1821 et puisant en elle (les jeunes filles de l'EPON sont fréquemment comparées aux jeunes femmes Souliotes, etc.). On essaye de montrer le rapport de la Résistance à la Révolution de 1821, d'identifier ces deux mouvements, l'un apparaissant comme l'héritier légitime de l'autre.

Une prise de conscience de la spécificité de la jeunesse, en tant que partie distincte et autonome de la population, est

Σελ. 820
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/821.gif&w=600&h=91510. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

également perceptible (nombreux articles intitulés: «Comment les adultes nous voient-ils?»).

Parallèlement, les publications reflètent l'effort de l'organisation pour créer un type d'homme nouveau, aux caractéristiques précis correspondant à la société future à laquelle aspire l'EΡΟΝ. Selon la remarque de Pétros Antéos dans son ouvrage Contributions à l'histoire de l'EPON: «Avoir posé les bases des caractéristiques du nouveau grec constitue, à notre avis, la résultante des conquêtes les plus considérables de l'ΕΡΟΝ; c'est là le fruit le plus significatif du travail idéologique et pédagogique ainsi que de la pratique d'avant-garde de l'EPON sur le front de la lutte et de la culture».

L'impression globale retirée au contact de ces publications est un souffle de liberté. Les objectifs sont élargis: pas un aspect de la vie sur lequel les jeunes n'interviennent pas et hésitent à donner leurs opinions.

Ils sont enfin portés par un optimisme qui tente d'embrasser des préoccupations juvéniles de plus en plus vastes, et de frayer la voie pour la réalisation des aspirations les plus audacieuses de la jeune génération.

La dernière catégorie de publications regroupe des publications éditées par des groupes de jeunes ne dépendant pas d'organisations résistantes. Celles-ci paraissent légalement et sont diffusées en toute liberté. Nous citerons les principales d'entre elles:

Μαθητικά Γράμματα (Lettres des élèves), revue bi-mensuelle - Athènes 1943-1944

Νεανική Φωνή (La voix des jeunes), mensuel pour jeunes - Athènes 1943-1944

Ξεκίνημα (En marche!), périodique littéraire et scientifique bi-mensuel de l'Association culturelle de l'université (EOP) - Salonique 1944

Σελ. 821
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/822.gif&w=600&h=91510. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

Ξεκίνημα. (En marche!) mensuel pour jeunes - le Pirée 1944

Ξεκίνημα της νειότης (La jeunesse en marche), périodique pour enfants, jeunes gens et jeunes filles - Athènes 1942-1943

Ορίζοντες (Horizons), parution mensuelle d'arts et lettres [supplément à la revue pour jeunes Σκέψη (La pensée)] - Athènes 1944

Ο Φοιτητής (L'étudiant), bi-mensuel étudiant - Salonique 1945

Η Φοιτητική (Le journal étudiant), hebdomadaire de tous les étudiants - Athènes 1943-1944

Φοιτητική Τέχνη (Art étudiant), mensuel d'art pour tous les étudiants - Athènes 1944

L'étudiant de Salonique, qui commence à paraître en 1945, est la simple continuation de la revue En marche! qui cesse de paraître fin 1944.

Parmi ces revues, En marche! de Salonique est la plus étroitement liée à une organisation de jeunesse. Elle constitue, en quelque sorte, la publication légale de l'ΕΡΟΝ, l'ΕΟΡ étant crée et encadré par celle-ci. La ligne directrice de la revue coïncide avec les thèses et les vues de l'ΕΡΟΝ; elle reste pourtant ouverte à d' autres opinions. Après la libération, la revue proclame ouvertement son identité.

Les autres revues de ce groupe n'ont aucun rapport avec une quelconque organisation; elles ne sont que le point de rencontre des préoccupations intellectuelles des jeunes. Ce n'est pas un hasard si, dans leur totalité, elles paraissent dans les grandes villes, Athènes, le Pirée, Salonique, où les stimulants sont bien plus nombreux et où existe une concentration d'étudiants.

Les rapports entre ces revues sont très étroits: on y retrouve souvent à un poste de responsabilité la même personne dans deux revues. Chacune salue la parution de l'autre avec enthousiasme, d'où naît un climat de coopération.

Σελ. 822
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/823.gif&w=600&h=91510. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

C'est dans un tel esprit qu'une annonce est publiée aussi bien dans Lettres des élèves que dans Voix des jeunes, en faveur de la création d'une «Union de la presse pour jeunes», qui constituera un «mouvement culturel unifié».

Les objectifs des revues en question sont plus ou moins communs, se référant au désir de donner aux jeunes une impulsion culturelle plus générale, et de frayer la voie à leur propre création et expression. D'habitude, on observe une distance d'avec la génération précédente en place, envers qui la critique est souvent virulente. Le contenu de ces revues consiste en quelques rubriques permanentes, où sont examinés des problèmes et des questions qui préoccupent les jeunes, et d'articles originaux ou traduits. La littérature occupe une place prépondérante: des poèmes (premières publications), des récits, des romans (à épisodes) et, en même temps, critiques de théâtre et de livres, des articles au contenu encyclopédique, dans un effort de couvrir toute sorte de manifestations culturelles. C'est souvent l'occasion, pour le public grec, de faire connaissance avec des auteurs traduits dans ces revues. La Voix des jeunes publie ainsi, en feuilleton, une traduction du roman d'Alain Fournier, Le Grand Meaulnes, par M. Plakoképhalou, avec une introduction de Roger Milliex. Dans En marche! (de l'ΕΟΡ de Salonique) Manolis Anagnostakis traduit Fed. Garcia Lorca et d'autres poètes espagnols.

L'illustration est aussi soignée, autant que le permettent les finances réduites des revues. La couverture, mais aussi les pages intérieures, sont ornées de gravures sur bois. On s'efforce de mieux soigner la présentation des revues et de ne pas négliger la forme.

La fin de l'occupation et la libération modifient radicalement les mobiles et les objectifs des publications. La plupart d'entre elles cessent de paraître; les plus importantes,

Σελ. 823
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/824.gif&w=600&h=915 10. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

comme Jeune génération (ΕΡΟΝ) et Gloire (PEAN) continuent leur diffusion, désormais légale, pour un certain temps. De nouvelles publications débutent, avec d'autres objectifs. Le phénomène propre de la presse résistante pour jeunes disparaît donc à la fin de 1944.

Σελ. 824
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/825.gif&w=600&h=915 10. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

ΠΕΡΙΕΧΟΜΕΝΑ

ΔΕΥΤΕΡΟΥ ΤΟΜΟΥ

ΚΑΤΑΓΡΑΦΗ ΝΕΑΝΙΚΩΝ ΕΝΤΥΠΩΝ

[συνέχεια]

1944 (αρ. *169-331)    399

1943 -1944 (αρ. 332-341)    665

1943 ή 1944 (αρ. 342-367)    669

1945 (αρ. *368-400)    699

Ευρετήρια    757

Α΄ Ευρετήριο τίτλων    759

Β΄ Ευρετήριο τόπων έκδοσης    770

Γ΄ Ευρετήριο Οργανώσεων - Οργανισμών    775

Δ΄ Ευρετήριο Βιβλιοθηκών - Αρχείων    778

Ε΄ Ευρετήριο συνεργατών    781

Βιβλιογραφία [επιλεκτική]    799

Κατάλογος φωτογραφιών    807

Περίληψη (Résumé)    811

Σελ. 825
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/826.gif&w=600&h=915 10. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

ΛΕΥΚΗ ΣΕΛΙΔΑ

Σελ. 826
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/827.gif&w=600&h=915 10. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

Ο ΔΕΥΤΕΡΟΣ ΤΟΜΟΣ ΤΟΥ ΒΙΒΛΙΟΥ

ΤΗΣ ONTET ΒΑΡΩΝ

ΕΛΛΗΝΙΚΟΣ ΝΕΑΝΙΚΟΣ ΤΥΠΟΣ (1941-1945)

ΔΕΚΑΤΟ ΔΗΜΟΣΙΕΥΜΑ ΤΟΥ

ΙΣΤΟΡΙΚΟΥ ΑΡΧΕΙΟΥ ΕΛΛΗΝΙΚΗΣ ΝΕΟΛΑΙΑΣ

ΣΤΟΙΧΕΙΟΘΕΤΗΘΗΚΕ, ΣΕΛΙΔΟΠΟΙΗΘΗΚΕ

ΚΑΙ ΤΥΠΩΘΗΚΕ

ΣΤΟ ΤΥΠΟΓΡΑΦΕΙΟ

Ε. ΜΠΟΥΛΟΥΚΟΣ - Α. ΛΟΓΟΘΕΤΗΣ

ΦΩΤΟΜΑΡΑ 54, Ν. ΚΟΣΜΟΣ

ΤΗΛ. 92.38.933 - 92.36.675

ΜΕ ΕΠΙΜΕΛΕΙΑ ΚΑΙ ΔΙΟΡΘΩΣΕΙΣ

ΓΕΩΡΓΙΑΣ ΠΑΠΑΓΕΩΡΓΙΟΥ

ΤΟΝ ΔΕΚΕΜΒΡΙΟ ΤΟΥ 1987

ΓΙΑ ΛΟΓΑΡΙΑΣΜΟ ΤΗΣ

ΓΕΝΙΚΗΣ ΓΡΑΜΜΑΤΕΙΑΣ ΝΕΑΣ ΓΕΝΙΑΣ

Σελ. 827
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/828.gif&w=600&h=915 10. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

ΛΕΥΚΗ ΣΕΛΙΔΑ

Σελ. 828
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/829.gif&w=600&h=915 10. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

ΛΕΥΚΗ ΣΕΛΙΔΑ

Σελ. 829
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/20/gif/830.gif&w=600&h=915 10. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

ΛΕΥΚΗ ΣΕΛΙΔΑ

Σελ. 830
Φόρμα αναζήτησης
Αναζήτηση λέξεων και φράσεων εντός του βιβλίου: Ελληνικός νεανικός τύπος (1941-1945)
Αποτελέσματα αναζήτησης
    Ψηφιοποιημένα βιβλία
    Σελίδα: 811
    10. Βαρών, Τύπος (1941-1945)

    LA PRESSE POUR JEUNES EN GRÈCE

    (1941 - 1945)

    UN RECENSEMENT

    ODETTE VARON

    Résumé

    Dans le cadre du programme des Archives historiques de la jeunesse grecque, inauguré par le Sous-secrétariat à la Jeunesse, il est prévu de dresser un inventaire des publications pour jeunes depuis la constitution de l'État grec jusqu' à nos jours1. Ce recensement se propose de constituer des corpus de documents publiés dûs à la jeunesse ou s'adressant à elle, le critère retenu étant une référence claire aux jeunes, que ce soit dans le titre ou le sous-titre. C'est-à-dire qu'on ne considère pas pour «jeunes», les publications qui sont tout simplement publiées par des jeunes, mais celles qui aspirent soit à s'adresser aux jeunes, soit de mettre en avant le statut juvénile de leurs rédacteurs; tous ceux qui, en fin de compte, utilisent le statut de jeunesse comme un moyen particulier de communication. Celles-ci peuvent être littéraires, religieuses, estudiantines, scoutes ou appartenir à des jeunesses politiques.

    La constitution de cet inventaire viendra à l'appui d'une approche du phénomène de l'âge jeune, au sens que ces 

    —————————————

    1. Dans la même collection: Kostas Tsiknakis, La presse pour jeunes (1915-1936), édit. ΙΑΕΝ 5, Athènes 1986 et Martha Karpozilou, La presse pour jeunes (1830-1914), édit. IAEN 12, Athènes 1987.