Συγγραφέας:Da Silva, José Gentil
 
Τίτλος:L’ historicité de l’ enfance et de la jeunesse dans la production historique récente
 
Τίτλος σειράς:Ιστορικό Αρχείο Ελληνικής Νεολαίας
 
Αριθμός σειράς:7
 
Τόπος έκδοσης:Αθήνα
 
Εκδότης:Γενική Γραμματεία Νέας Γενιάς
 
Έτος έκδοσης:1986
 
Σελίδες:119
 
Αριθμός τόμων:1 τόμος
 
Γλώσσα:Γαλλικά
 
Θέμα:Βιβλιογραφία
 
Τοπική κάλυψη:Ευρώπη
 
Χρονική κάλυψη:1970-1986
 
Περίληψη:Πρόκειται στην ουσία για ανάτυπο από τα πρακτικά του 1ου επιστημονικού συμποσίου. Περιέχει τη σχετική με την ιστορία της παιδικής ηλικίας και της νεότητας βιβλιογραφική συναγωγή του José Gentil da Silva, της οποίας προτάσσεται εισαγωγή του συγγραφέα στη γαλλική γλώσσα.
 
Άδεια χρήσης:Αυτό το ψηφιοποιημένο βιβλίο του ΙΑΕΝ σε όλες του τις μορφές (PDF, GIF, HTML) χορηγείται με άδεια Creative Commons Attribution - NonCommercial (Αναφορά προέλευσης - Μη εμπορική χρήση) Greece 3.0
 
Το Βιβλίο σε PDF:Κατέβασμα αρχείου 4.28 Mb
 
Εμφανείς σελίδες: 33-52 από: 122
-20
Τρέχουσα Σελίδα:
+20
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/33.gif&w=600&h=9157. da Silva, L'historicite ...

concerne l'éducation dans l'Alaska sous la domination russe (940). Tous ces travaux sont d'origine étrangère.

L'impact de la Révolution sur la pédagogie (941) et l'action de l'Armée Rouge pour l'alphabétisation et la formation de cadres ruraux échappent assez à notre sujet mais méritent d'êtres notés (947). Nous y revenons avec un titre sur la création de l'appareil de l'éducation nationale au sein des soviets locaux (945). De toute manière, il n'est pas sans intérêt de voir l'éducation s'adresser à tous et non seulement à certaines classes d'âge. Enfin, un ouvrage en collaboration traite de l'instruction publique en U.R.S.S. de 1917 à 1967 (950).

L'INSERTION DES ENFANTS ET DES JEUNES DANS LA CITÉ

Quoique difficilement acquise, l'insertion des enfants et des jeunes dans la cité est sans doute l'aspect positif de leur historicité. Elle s'opère selon différentes perspectives. D'une part il y a certes, la préservation des patrimoines et la transmission du pouvoir qu'organisé l'éducation (970). D'autre part, le souci que représentent les pauvres, ce National Sin que dénonce en 1717 Laurence Braddon34, se trouve conforté par les mêmes moyens. Il reste à faire en sorte que les enfants et les jeunes deviennent les atouts d'un État enfin sûr de lui-même et, contradictoirement à première vue, les complices d'une société de consommation parfaitement dominée par des intérêts placés au-dessus des nations. De même qu'aux femmes, aux enfants et aux jeunes a été reprochée jusqu'au XIXe siècle, la dissipation, jugée fauteur d'une inquiétude incontrôlable. Ensemble, et après les travailleurs, ils se trouvent promus au XXe, agents économiques, c'est-à-dire épargnants et consommateurs qui relancent perpétuellement les profits et les spéculations.

Les voici flattés tant que leurs prétentions politiques ne font mettre un frein au "développement économique". Ainsi, le résultat de leurs "caprices", de leurs revendications et de leurs luttes est intégralement récupéré par le système marchant. Définitivement, du moins en apparence, il ne s'agit désormais que d'incartades, plutôt que de menaces sérieuses. En conséquence, une phase de concessions s'ouvre. Le vote offert aux adolescents fait assumer les responsabilités permises par davantage d'adultes, une large part de la population dont est attendue une réaction complaisante, de néophyte; plus insidieusement, l'ouverture

——————————

34. The Miseries of the Poor are a National Sin, 1717.

Σελ. 33
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/34.gif&w=600&h=9157. da Silva, L'historicite ...

de comptes bancaires aux jeunes forme des épargnants, prépare l'endettement naturel, la consommation forcée. Plus que des "enfants sages" que préparait l'éducation, les jeunes et les enfants deviennent des adultes fragiles. Ceux-ci et la société ne gagnent toujours rien au concours apparent des enfants et des jeunes tels qu'ils sont en réalité, moment de la vie individuelle plein de virtualités, d'humour sans les nuances de la mélancolie, ou sachant les tempérer de merveilleux tangible.

Leur historicité porte tout ceci quoique la production historique la mesure. En effet, du côté des enfants et des jeunes des petits et des mineurs dont l'acceptation est ainsi favorisée en la faussant, nous avons à voir leur statut, la place qui leur est faite, de l'identité à l'utilité, au travail et à la guerre, de l'abandon pur et simple aux aléas et aux règles de légitimation, à la répression de la délinquance et à la découverte du corps, de la création ludique à la révolution ou à la subversion. C'est la démarche que propose notre fichier, certainement très incomplet mais suggestif.

L'identité, coordonnée de notre temps

L'identité telle que nous la concevons, la vivons ou la subissons, l'imposons aussi, est récente. S'il est impossible de dénombrer les enfants et les jeunes qui, comme les femmes, traînaient sur les routes et les chemins, en bonne partie pour trouver du travail, à peine s'identifiaient-ils parfois, adultes, quand l'occasion leur était offerte de, par écrit comme il se doit, rappeler leur père s'ils l'avaient connu ou peut-être plus souvent, en l'imaginant librement comme s'amuse à faire Gil Blas de Santillana, le héros de Lesage.

Pour nous, l'identité est un nom et un prénom dont le choix n'est pas aléatoire (953, 960, 961, 964, 967). Oui, mais les noms de famille sont de création récente dans beaucoup de pays et l'usage d'un nom patronymique (955), lui, ne s'est guère généralisé qu'au XXe siècle, quoique dès la fin du Moyen Âge le surnom soit courant dans certaines régions (953). Le prénom même, le curé seul le connaît parfois; la vie vaut aux uns et aux autres un sobriquet qui peut devenir nom. Il est d'ailleurs assez piquant de noter la réaction des ennemis de la Commune quand le Comité de Salut public enjoint que tout individu doit se munir d'une carte d'identité qu'il devra montrer dans les rues et autres lieux à toute réquisition des gardes nationaux. "Voilà un arrêté bête, stupide et vraiment intolérable. Ainsi nous voilà sur cartes, comme les filles perdues"35.

——————————

35. Dans V. Desplats, Lettres d'un homme à la femme qu'il aime pendant le siège de Paris et la Commune, éd. P. Lary, Paris 1980, p. 210.

Σελ. 34
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/35.gif&w=600&h=915 7. da Silva, L'historicite ...

Il est vrai que dans son choix, le nom de baptême est une forme étroite d'identification qui suffit éventuellement à indiquer des situations extrêmes. Les enfants trouvés peuvent être ainsi reconnus parfois d'après la fantaisie des curés, comme des créatures marginales (958, 1025). D'ailleurs, là où le surnom est courant dès le XVe siècle, ils n'en ont effectivement pas (953).

A l'autre bout de l'échelle sociale, les petits des familles nobles ou des ménages bourgeois héritent du ou des noms du père, de la mère, d'autres encore éventuellement. C'est ça, rien que ça la famille occidentale avant la généralisation du salariat, la lignée avec le patrimoine ou celui-ci engrangé par une génération calculatrice parce que mise devant des situations favorables à des aspirations servies par de sages placements que facilitent d'heureuses promotions, ou par des investissements rentables que les princes ou la guerre stimulent si ce ne sont pas, plus rarement, les travailleurs précisément à les proposer avec le salariat. Quant aux liens de sang, négligés pour les pauvres, ils peuvent être supputés pour les autres, pas plus.

Entre les deux, l'État détermine graduellement les règles d'identification (et d'héritage) à partir de l'usage d'un nom patronymique, usage suivi inégalement dans la pratique. Ceci explique que l'identification ne soit pas servie dans la perfection (959); cadre fini du développement de l'individu (968), instrument nécessaire à l'institution familiale déjà bureaucratique (966, 971), elle aussi laisse transparaître la préférence perçue par ailleurs du mâle (954). Tout compte fait, c'est à partir de l'individu ainsi identifié que nous connaissons le mieux les populations et leurs structures (962).

Par ailleurs, l'identité échappe aussi aux règles ou annonce des nouvelles, dans l'intérêt porté à la professionnalisation de la parenté (963). Certes, il s'agit sans équivoque sous beaucoup de perspectives de l'utilisation de l'enfant comme une marchandise par l'adulte, mais du point de vue de celui-ci et de l'État, est concernée l'identité coordonnée parfaitement abusive. Qu'en sera-t-il en effet, après l'agonie du matrimoine légal ce témoignage final de la non-existence de la famille occidentale ?

L'utilisation des enfants

Nous avons dit que les enfants sont utiles «d'un point de vue méthodologique», ils le sont par exemple pour mesurer la létalité des épidémies (979). A propos de leur propre Histoire nous y reviendrons encore pour les voir au travail et à la guerre. Mais la société découvre graduellement

5

Σελ. 35
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/36.gif&w=600&h=915 7. da Silva, L'historicite ...

qu'en plus de leur utilisation immédiate: travail bon marché et sans exigences d'avenir, soldats obéissants, les petits en tant que matériau de «la famille», sont les garants de son propre futur. Les éducateurs, l'Église et l'État qui se sont disputé le monopole de l'éducation, l'ont sans doute considéré ainsi.

Dans le détail l'enfant fait survivre les lignées et du même coup, préserver les patrimoines clé du pouvoir. Les filles par leurs dots y participent comme elles contribuent à la circulation des biens (974, 975). Les règles d'héritage et les stratégies de mobilité sous l'Ancien régime sont étudiées par les historiens (973, 976, 981). De même le statut juridique des enfants mineurs dans l'Histoire du droit privé. Par exemple dans notre fichier, la cessation de la minorité aux Pays-Bas à partir du XIIIe siècle (972) et le droit d'aînesse au XVIIIe, ne manquent pas (984).

C'est que le pouvoir, on ne l'aura jamais assez dit, dépend de ces règles et de ces écrits. La famille, c'est-à-dire la noblesse, y a veillé dès le Moyen Âge, notamment au Portugal nouvellement conquis et partagé du XIe au XIIIe siècle (983). Ailleurs, la coutume d'héritage participe à la pérennisation du pouvoir qui s'affirme dans les structures familiales (982). Un des aspects de l'intérêt porté aux enfants de ce point de vue est le souci de protection des orphelins qui n'ont cependant pas eu droit à des ouvrages nécessairement attentifs aux structures créées dans ce but et au sort qui leur est réservé, tous ces ouvrages qui leur sont dus. Rien que du point de vue de leur utilisation, enfants et jeunes ont dû être protégés. Mais à ne voir que cela nous négligeons la protection qui leur est indispensable, distincte encore de celle qui est un droit propre des êtres en société, des femmes mais des hommes également. En revanche nous savons comment la famille peut trouver dans sa propre filiation la légitimation politique de son statut, notamment en Inde (985). Voilà une perspective à suivre.

Le travail des enfants

Par la force des choses, le travail des enfants est présent dans beaucoup de livres et d'articles dont il n'est pas le sujet. Les études sur le budget ouvrier, le logement, le ménage, des travailleurs et les petits entrepreneurs, la misère, sur le marché du travail, les relations entre industrialisation et démographie, contiennent presque nécessairement des informations sur l'enfance et la jeunesse et cela va de soi, sur leur emploi (986, 987, 989, 991, 993, 995, 1008, 1010), leur chômage éventuel (988, 990, 992). Réalité importante, le travail des enfants comme celui

Σελ. 36
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/37.gif&w=600&h=9157. da Silva, L'historicite ...

des femmes, n'a pas été étudié particulièrement, quoique dès le XVIIe siècle au moins, leur éducation ait été proposée dans le sens précis de leur emploi, notamment par John Béliers36.

Des historiens ce sont cependant occupés du travail des enfants et des jeunes, en Grande-Bretagne37 entre les deux guerres (988, 990) et aux États-Unis (991), en Allemagne (997, 1005) et en France (998), en Finlande (1009), en Suède (1003), aux Pays-Bas (1006, 1007), et en Autriche après les réformes de Marie-Thérèse (994).

Les enfants en armes

Plus rarement encore les historiens se sont souciés de l'âge des combattants des guerres européennes ou de celui des conquérants de l'outre-mer colonial. Les jeunes et leur service militaire prodiguent des documentations sur l'anthropologie masculine (1013, 1014). Autrement, on ne trouve leur trace que parmi les victimes des guerres qui tuent surtout des enfants et des jeunes (1012, 1015). Et cependant, les autobiographies de soldats portugais et espagnols, au XVIe siècle nous les montrent s'engager à 12 ou 13 ans. Des garçons anglais qui servaient de page, accompagnaient leur seigneur au combat "à un âge incroyablement bas". L'apologie des "guerres étrangères" qui occupent les mauvais sujets semblerait d'après l'historiographie récente, détail insignifiant.

Abandon et marginalisation des enfants

Tout autrement, le nombre des études qui s'occupent des enfants abandonnés augmente continuellement, en Italie (1018, 1019, 1024, 1025, 1026, 1029, 1031, 1035, 1039, 1040, 1044, 1047, 1049, 1051), en France (1016, 1017, 1023, 1032, 1037, 1038, 1043, 1048, 1050), en Espagne (1027, 1052), en Belgique (1041), en Irlande (1045). Fait catholique? Il s'agit surtout des filles (1031). Ce chapitre important du génocide permanent auquel a été soumise la population européenne gagne son historicité grâce à ce que proposent les sources plus qu'à la réflexion historique.

——————————

36. Proposals for raising a Colledge of Industry of all Usefull Trades and Husbandry wiih Profit for the Rich, a Plentiful Living for the Poor and a Good Education for Youth, which will be Advantage to the Government by the Increase of the People and their Riches. Motto: Industry brings Plenty-the Sluggard shall be cloathed wiih raggs. He that will not Work shall not Eat, 1659.

37. Cf. encore G. J. Dunlop, R. D. Denman, English Apprenticeship and Child Labour, 1912.

Σελ. 37
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/38.gif&w=600&h=915 7. da Silva, L'historicite ...

La somme des situations qui marginalisent les humains pèsent sur les enfants, les femmes et les amants, puis s'alourdissent sur les jeunes en général. Quoique suscitée et tempérée par les angoisses des nantis face au dénuement, l'assistance prépare encore l'utilisation des enfants (1021, 1022, 1023).

Bâtards et légitimation

Les bâtards ont eu droit à une histoire comparative (1059) et ceux que les souverains font au Moyen Âge, à un livre (1053). Par ailleurs, ils sont en général utiles pour le diagnostic de ce que l'on appelle «les amours illicites» (173,175). En vérité jusqu'au XlVe siècle et à ce que le mariage religieux gagne du terrain, l'enfant né d'une autre femme que l'épouse n'est pas partout le bâtard définitivement condamné au XIXe siècle (1055). Au Portugal par exemple, il hérite de son père y compris des titres. Le vocable même n'est pas auparavant employé à propos du fils de l'homme. La condition juridique des enfants «illégitimes» n'est pas la même dans tous les pays. Les rois portugais procèdent à des légitimations nombreuses, à la fin du XlVe siècle et au XVe (1061, 1062, 1063). C'est qu'apparemment, ils entendaient refuser par la suite un traitement égalitaire à tous les enfants, ce à quoi la coutume résisterait. En France, le XVIe siècle voit l'essor des bâtards nobles (1054). Leur importance, réelle en Allemagne du sud d'après notre fichier limité (1060), n'est pas négligeable en Angleterre (1055, 1056).

Délinquance infantile et juvénile

Tout ne va pas de façon linéaire et il faut croire que les enfants abandonnés ne mouraient pas systématiquement ni l'assistance ne faisait pas toujours des survivants des enfants sages. La misère aide à la délinquance. Sujet fréquemment traité ces dernières années, la délinquance juvénile est relativement importante parmi les pick-pockets à Paris (1071), en général en France entre 1825 et 1968 (1070), dans les villes américaines au XIXe siècle (1068, 1072), au Danemark (1066). La «correction paternelle» demeure une constante de la vie familiale française durant presque tout le XIXe siècle (1073). Les idées courantes considèrent que l'enfant n'est pas bon38. Dans l'Angleterre victorienne

——————————

38. Cf. aussi E. G. O'Donoghue, Bridewell Hospital, Palace, Prison, Schools, from the Earliest Times to the End of the Reign of Elizabeth, 1923, et G. Tomel, H. Rollet, Les enfants en prison. Études anecdotiques sur l'enfant criminel, 1982.

Σελ. 38
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/39.gif&w=600&h=915 7. da Silva, L'historicite ...

les enfants prennent une bonne place parmi les victimes d'homicide (1067).

Le corps

Présent dans des titres qui rendent alléchants des ouvrages sérieux (1095); le corps quoique sujet largement étudié, demeure plutôt motif de scandales ou tout au moins, d'incompréhension, en général révélateur de carences d'érudition. Notons que le corps, l'éducation physique, n'ont intéressé la recherche historique que très récemment (1081, 1082, 1087, 1088, 1089, 1098). On découvre un «territoire pédagogique» nouveau. La signification sociale des faits demeure leur révélateur. L'adolescence, faute d'un statut propre clairement défini par la bureaucratie, demeure sujet d'errements autant que de curiosités malsaines. Pas de «Rusty James» dans l'historiographie de notre temps, faute de Copolla historien. N'est-ce pas que l'Histoire intéresse relativement peu le marché des adolescents? Moins finement, un bandit galant à la Mesrine peut revenir dans des ouvrages historiques populaires comme on dit.

Pourtant depuis quelques années on trouve par exemple référence aux unions de jeunes, consommateurs, éventuels épargnants. Naguère fréquentes parmi les élites, elles émouvaient certainement les gens à qui elles étaient refusées, peut-être moins toutefois qu'aujourd'hui elles ne touchent les foules par le matraquage des média. Les mariages des pauvres étaient mal vus car ils risquaient d'augmenter le nombre des mendiants et des enfants trouvés (19). De là à prétendre qu'ils n'existaient pas parce que la documentation officielle en parle peu, il y a un monde. De toute manière il n'est pas nécessaire de pasticher Rabelais ou des Periers pour évoquer la relative liberté sexuelle des temps médiévaux et modernes. De même qu'elle condamne la sexualité en dehors du mariage la société occidentale prétend condamner l'inceste ou tenter de l'éluder. L'Église parfaitement renseignée sur les réalités vécues, ne cesse de les régler et notamment de veiller à ce que les petits des deux sexes soient séparés. Le lit commun résiste quoique interdit. L'âge auquel il devient dangereux semble baisser vers la fin de l'Ancien régime (191). Mais la sexualité de l'enfant (1080)? Celle des jeunes?

Il nous faudrait nous tourner vers la littérature pour y voir un peu plus clair. Certes la «cohabitation juvénile» concerne 10% des jeunes de 18 à 29 ans, en France, d'après des statistique fort probablement défectueuses (1092). En cherchant bien, on trouve l'inceste dans l'Histoire (174). Qui refuse l'homosexualité au passé dont se glorifie notre civilisation (1077, 1093)? Les passages faisant référence à des enfants et à

Σελ. 39
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/40.gif&w=600&h=9157. da Silva, L'historicite ...

des jeunes coupables de sodomie se trouvent dans des ombrages concernant l'ensemble de la population d'Andalousie au XVIe siècle (1083) tout aussi bien que les bas fonds de Paris, au XVIIIe (1090). Sans la compagnie des jeunes du Siècle d'Or, les Parigots entreraient de plein pied dans la légende de la criminalité récente. Pharamineuse mystification, que dévoilent les ouvrages rares où il est question de "la mollesse" des jeunes (1078, 1084, 1096), davantage compréhensible sans doute aux temps des Lumières (1097). Parce que l'individu demeure dans l'ombre, le corps n'est considéré que comme source de déviances vérifiées et de faiblesses supputées. Si tel instituteur, Édouard Séguin (1812-1880: 1085, 1086) s'intéresse exceptionnellement aux débiles mentaux et envisage de leur procurer un "traitement moral", le voilà s'expatrier. Grand spécialiste aux États-Unis il est sagement ignoré chez lui.

Plus que tout autre élément de la vie humaine, le premier, le corps est chargé d'historicité et marqué au fer de la société. Bernardin de Sienne est davantage effrayé par l'éventuel viol d'un garçon que d'une fille, à l'époque où les Toscans prennent très au sérieux leur projet ambitieux de création d'une sorte de Eros Center et même d'un ensemble de lupanars destiné à habituer les jeunes aux relations hétérosexuelles et à les détourner des "confusions de sentiments" (1099). La prostitution prenait là des voies franchement modernes (1091), dans le commerce et la police de l'usage du corps.

Parallèlement, les femmes étaient accusées de toute sorte de méfaits et d'intentions mauvaises que leur satanisme explique. L'idéal de la virginité féminine se défend mal (1075). La crainte du sang féminin que les évangiles ont réglée39 rend les fillettes coupables de leur menstruation (1076, 1079, 1085, 1094).

Jeux et jouets, livres et loisirs

Quelle part ont pu avoir les activités ludiques dans la vie des enfants et des jeunes  Au XVIIe siècle, époque de la colonisation des Amériques, c'était "un grand péché et une honte" que les adolescents jouent dans les rues quand ils pourraient gagner leur vie, d'après le pasteur Benjamin Wadsworth40. Il faut avoir regardé les gravures représentant une école à l'époque pour imaginer l'animation que les jeunes donnaient à la vie quotidienne. Quelques ouvrages commencent à peine à montrer, plutôt en passant (1107, 1117) la participation des petits aux

——————————

39. Cf. M. Braunschvic, La femme et la beauté, Paris 1929, p. 153.

40. Cit. in (133), p. 67 (sermons, 1672, 3, 4, 5).

Σελ. 40
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/41.gif&w=600&h=915 7. da Silva, L'historicite ...

jeux et aux fêtes. L'éducation physique qui commence donc à être étudiée dans son passé, n'était pas ignorée41. Le renouveau que représente l'apparition des sports n'est aperçu qu'après 1973 (1109, 1101, 1105, 1111, 1113, 1114). Accompagnatrice de la «Révolution industrielle» qui refait surface, cette «nouveauté» a eu le mérite d'attirer l'attention sur les rares apports précédents concernant les jeux et les jouets (83), ou récents, à propos des fêtes, notamment l'arbre de mai et les mascarades de novembre (1107,1117). Pourtant c'est un Evil May Day que les jeunes londoniens ont été lancés contre les «merchaunts strangiers» (en 1517: 1122).

C'est comme si les loisirs ne convenaient qu'aux adultes. Il en est de même quant à la littérature. «Bibliothèque rosé», «bibliothèque de la jeunesse chrétienne», «la semaine de Suzette» ou «les vacances de Suzette» ne semblent intéressantes que dans leur rôle édifiant (1102, 1104). Les prix littéraires eux-mêmes signalent la crise des livres pour les jeunes (1106). Deux seuls ouvrages ont leur place dans ce fichier, tous deux allemands, sur la littérature pour les enfants du XVIIIe au XIXe siècle (1108, 1115)42. Pour exprimer clairement les lectures différentes possibles de, par exemple Andersen, la publicité sépare, pour les enfants, «le merveilleux de leur âge» et, pour les adultes, «une poésie sensible teintée d'ironie voltairienne». Le Danois les a bel et bien réunis. Au hasard d'une observation occasionnelle on nous montre «la promiscuité sportive d'une grande liberté d'allure» se dessiner dans «les jambes nues des jeunes femmes (qui) voisinent avec les jambes nues des jeunes hommes». Ceci a été écrit en 1932 43. Par la suite peu d'historiens se soucient des loisirs (1101, 1103, 1110).

——————————

41. Cf. Richard Mulcaster, Position wherein those Primitive Circumstances be Examined, which are Necessarie for the Training up of Children, either for Skill in their Booke, or Health in their Bodie (1562), London 1581.

42. Ajoutons par exemple: L. F. Field, The Child and his Book, London 1891; Monica Keefer, American Children through their Books, 1700-1815, Philadelphia 1948; William Sloane, Children's Books in England and America in the XVIIth Century, New York 1955.

43. Dans A. Flament, Côte d'Azur, Paris 1932, p. 77 (...nous revoyons les sables anciens, l'humble barque échouée, quelque fille endormie dans sa blouse rosé, au milieu des enfants qui jouaient. Des femmes et des enfants sont encore étendus sur la plage. Mais ils ne se ressemblent plus!(...) La plage disparaît sous les parasols et les corps dévêtus. Je ne vois plus l'eau, dans l'agglomération des nageurs ou des baigneurs timides, des enfants qui s'essaient au water-polo, (...) un nouvel arrivant croirait découvrir une immense famille», p. 71-2. Les sports et la consommation de masse prirent la place des anciens loisirs.

Σελ. 41
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/42.gif&w=600&h=915 7. da Silva, L'historicite ...

Encore une fois, l'inspiration sera commandée d'ailleurs, car les observations actuelles en crèche font apparaître la richesse et la diversité des jeux et des échanges entre les petits. «La volonté d'entrer en contact avec leurs pairs, l'échange, la communication, souvent harmonieux mènent à la recherche de stratégies adéquates pour résoudre d'éventuelles situations conflictuelles» (1116). Ces analyses en appellent à la mise à l'épreuve comparatiste des historiens.

Révolution ou subversion?

Quelle est enfin, ou quelle a été à travers les siècles la place des enfants et des jeunes dans la société et dans l'Histoire? Faisons le point avant de poursuivre. Il s'agit d'êtres autonomes dont on fait des «enfants sages» (1119). Le système les confronte aux parents et aux maîtres (puis aussi, au marché lieu d'exercice d'autorité autant que de liberté). Comment y voir clair?

Parmi les sources de confusion de notre temps il y a le mélange des ambitions révolutionnaires et de l'acharnement subversif qui met dos à dos les combattants des plus diverses causes. Révolutionnaires et plus facilement subversifs ou réformistes (1141, 1145) enfants et jeunes ont été de tous les soulèvements, de toutes les luttes. L'historiographie en est très pauvre ou ponctuelle, occasionnelle, engagée. Toujours d'autres disciplines viennent les discussions suggestives autour de «capitalisme et schizophrénie» ou bien de «l'enfant et sa psychose» et de «la crise de l'adolescence» ou encore des informations révélatrices sur «le folklore obscène des enfants» (1128)44.

En Histoire, quelques études retracent l'origine des associations juvéniles (1121, 1137, 1139), rappellent les fraternités de jeunesse médiévales (1142). Pauvres (1126), misérablement logés, soumis aux exigences de leur formation, les étudiants (mais qui sont-ils?) (788, 1121, 1123)45 réagissent en Amérique en 1745-71 (1118, 1137) en 1798-1815 (1138), dans les années 20 du XXe siècle (1136,1146), en 1946-64 (1143),

——————————

44. Des exemples se présentent à nous en ordre dispersé au gré de jolies pages richement narratives. Des règles s'ajoutent aux règles. Voici au XVIe siècle, un synode qui à Angers, condamne une «très ancienne coutume», une quête en somme que font les filles et les garçons, parce qu'«ils consommaient tout en banquets ivrogneries et autres débauches... sèment partout le désordre...» On y met de l'ordre (1107), p. 134-5.

45. Ajoutons W. M. Mathew, «The Origins and Occupation of Glasgow Students 1740-1839», Past & Present, 1966, n° 33.

Σελ. 42
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/43.gif&w=600&h=915 7. da Silva, L'historicite ...

ils luttent pour la réforme de l'université allemande (p.e., 1125, 1132), se révoltent à Berlin en 1848 (1130), se battent en Angleterre (1133, 1137), se soulèvent aussi en Espagne (1120), en France (1124), sans que tous les jeunes ne soient des révolutionnaires46 (1144).

Dans le passé, ces gosses de Londres qu'un John Lincoln avait menés contre les marchands étrangers le Evil May Day de 1517, ont été au premier rang de la lutte pour la Réforme en Angleterre d'après un très bel article (112). Leurs martyrs —sur 52 victimes, 38 avaient moins de 14 ans— n'ont fait changer rien à la situation de l'enfance et de la jeunesse47. En Allemagne, la lutte pour l'éducation à la fin du XIXe siècle (1134), l'action des jeunes sous le fascisme à Florence (1147), celle des mouvements de jeunesse en Hongrie entre 1944 et 1948 (1122), ont été étudiées par des historiens, ceci, rappelons-le, d'après des sources d'information réunies sans aucune prétention d'avoir recensé tous les titres.

CONCLUSION

Ces notes nous semblent pouvoir contribuer à l'apologie de l'Histoire. Le fichier qui suit, dans ses lacunes, demande en effet des compléments d'information qui certainement aideront à inspirer les chercheurs. D'autres disciplines, d'autres spécialistes, sociologues, psychologues, démographes, trouvent indispensable d'appliquer leurs propres modèles à la recherche historique, de les tester en quelque sorte. Mais, conscient de l'importance de son travail l'Historien est en position d'inverser les rôles.

Ceci accroît le besoin qu'a l'Histoire de spécialistes, de recherches précises, qui tirent de l'information les enseignements et les hypothèses utiles. Le concours de ces autres disciplines fait ressortir cette utilité. L'Histoire devient plus que jamais un travail d'équipe et tout autant, une vision d'ensemble. L'Historicité de l'enfance et de la jeunesse a jusqu'ici servi surtout les psychologues et les sociologues, plus que les historiens et parmi ceux-ci, davantage les historiens démographes que les historiens en général. Elle a tout à gagner de rencontres comme la nôtre.

Il est sans doute indispensable que l'historien armé par l'étude de vastes et riches documentations en tire tout le parti possible. Dans ce

——————————

46. Cf. E. Erikson, éd., Youth: Change and Challenge, New York 1963.

47. Cf. aussi Margaret Jones, Social Problems and Policy during the Puritan Revolution 1640-1660, London 1930.

Σελ. 43
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/44.gif&w=600&h=915 7. da Silva, L'historicite ...

dessein, ce n'est non plus sans intérêt qu'il suive, accompagne ou aide enfin à orienter les tendances nouvelles que les disciplines voisines mettent en évidence. Les jeunes se voient octroyer le droit de vote (à 18 ans ou avant), les enfants sont sollicités par les banques (10-18 ans). Ici et là, les mères porteuses se montrent prêtes à monnayer le fruit de leur ventre. La parenté devient ou est déjà une marchandise; ailleurs on songe à réserver le droit à la procréation. Le droit à l'avortement volontaire, le planning familial ont surgi comme des conquêtes libératrices.

En vérité, ces tendances ne convergent pas, au contraire, elles amplifient l'intervention bureaucratique de l'État tout en élargissant le champ d'action des adultes y compris en mobilisant les moyens et en modelant les gestes des jeunes et des enfants. Elles ajoutent de l'arbitraire à la reproduction humaine, à la formation des jeunes, à leur insertion dans la cité, c'est-à-dire, à leur identité présumée.

Rarement l'expression du jeune et de l'enfant est envisagée et si elle l'est, nous pouvons nous demander dans quels buts. Innovation aussi difficile certes qu'enrichissante, l'expression des moins de 18 ans ne peut ne pas contribuer à libérer celle de la femme et assurer celle de l'homme. Ceci est une des leçons de l'Histoire, qui les a vu plutôt se restreindre.

Puisque tout n'est pas positif dans cette leçon, loin de là, la recherche est souvent à reprendre, à élargir. L'Historicité de l'enfance et de la jeunesse ouvre sans cesse des horizons plus vastes. Notre civilisation et le monde moderne qu'elle a façonné nous montrent à beaucoup d'égards un recul de la place de la femme, de l'égalité entre les êtres compte-tenu de leurs différences, en somme une exigence de «virilité», chaussée de lourdes bottes. Toutefois, en ce qui concerne les jeunes que voilà plus tôt adultes, des enfants engagés dans la vie active et pas dans l'expression, si ce n'est selon les canons marchands et monétaires des adultes, la dégradation se poursuit. Avec l'éducation des filles se combine «l'apprentissage» qui les prépare à la reproduction. Dans des sociétés qui n'accordent que difficilement aux filles d'êtres fillettes, enfants, qui leur mesurent l'instruction, nous sommes loin du compte. C'est malgré les règles et les formes de l'apprentissage, en forçant l'entrée que les femmes changent effectivement le cours des choses. En fin de compte, c'est grâce à l'intervention féminine que beaucoup de sujets sont abordés de manière nouvelle et celui-ci peut-être le résultat le plus tangible de la féminisation des sociétés tout compte fait. Celle-ci revient dans beaucoup de perspectives à un passé pas trop éloigné quoique obscurci par l'image que le XIXe siècle et la première moitié du XXe ont donné de l'Histoire. Mais ne nous égarons pas. Plutôt qu'à réhabiliter un esprit

Σελ. 44
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/45.gif&w=600&h=915 7. da Silva, L'historicite ...

féminin qui serait innocent de tous les développements de la société marchande, ce vers quoi semble nous pousser l'examen de l'historicité de l'enfance et de la jeunesse, est l'aire d'une sensibilité pas nécessairement conquérante, d'une expression pas forcément dominante. Ces dossiers plaident dans ce sens.

A travers cette bibliographie récente, presque entièrement tournée vers l'utilisation marchande des enfants et des jeunes, leur place se dégage. Graduellement nous la voyons changer, tantôt dans le sens de l'avantage des individus, tantôt dans celui de la plus forte mise en tutelle par la société. La course ne s'engage pas, elle vient des premiers siècles de notre monde d'États-nations. Ce qui la marque nous est connu: le renforcement de l'État et à la fois, celui d'intérêts économiques mal perçus, la mise au pas des esprits, avec le gallicanisme et la nationalisation de l'Église en Angleterre, celle des hommes grâce aux «guerres des paysans», à la destruction des réformés radicaux. La sécularisation y contribue par dessus les revendications des travailleurs, encadrées et séparées en classes et sous-classes. La formation des citoyens enfin, incombe à la bureaucratie et aux parents, à la famille dotée d'un chef et d'un dirigeant en sous cape. Commencée au XlVe siècle, cette consécration du mariage fit un pas important au milieu du XVIe siècle, à Trente, resplendit durant la première moitié de notre siècle48.

Dans les perspectives qu'ouvrent les études rassemblées, des questions reviennent donc naturellement. Elles concernent la vie sociale, rurale ou urbaine, l'industrialisation, et, selon la situation économique, les gens que dans le passé protégeait un patrimoine et ceux à qui l'on recommandait le modèle familial sans que les conditions de sa formation soient à leur disposition. Avec chaque question, presque à la lecture de chaque titre, les considérations économiques établies par la société politique s'imposent. L'étude des sensibilités dans leur histoire, celle des mentalités dans leur programmation et des stratégies dans les cadres qui leur sont faits, tout en dépend. Peut-être la place faite à une pensée non monétaire est la condition prochaine de nouveaux développements; si l'on regarde au virage total engagé par les formes de crédit et d'utilisation de la monnaie, il faut constater que le processus a été

——————————

48. Il y a eu Trente que les ordonnances royales firent appliquer en France sans l'évoquer. Par ailleurs, le «système protestant» «fait du père une sorte de prêtre, sacralisant ainsi l'institution familiale. Ce trait n'a pu que s'accuser lorsque la répression a fait disparaître les ministres», d'après Yves Castan, cité dans le C.R. de la Thèse de Janine Estèbe, Les protestants du Midi, 1559-1098, Toulouse-le-Mirail 1977, dans Annales du Midi, 1978, fasc. 1, p. 94-9.

Σελ. 45
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/46.gif&w=600&h=9157. da Silva, L'historicite ...

déclenché. Le dénuement (plus que la pauvreté) du plus grand nombre, la disparition même des patrimoines matériels remplacés par des structures bureaucratiques et d'entre-aide, contribuent à l'élaboration de superstructures qui tiennent en peu de compte les intérêts des individus acculés à la protection. De règle pour les enfants, les jeunes et les femmes ceci devient règle générale49.

L'historicité de l'enfance et de la jeunesse nous a fait rassembler quelques centaines de titres sur des questions très diverses. Les problèmes sont bien plus vastes encore. Il a été question de la place faite aux enfants et aux jeunes, à leur mère et des voies pour l'étudier, de la formation des citoyens et des travailleurs, de leur insertion dans la cité. Ces dossiers que la prépondérance européenne marque fortement mettent en évidence, du moins deux types d'occidentalisation. Disons que les autres collent à l'un ou à l'autre. D'une part, du nord-ouest européen viennent des pratiques que les hommes, les provinces et les villes centralisent pour les transmettre à un grand centre qui les répercute à l'extérieur. Ce premier schéma admet difficilement un dialogue égalitaire qui ne soit pas l'expression de sa logique comptable. En Europe continentale des modèles s'élaborent avec la création de bureaucraties préparées pour décider au coup par coup, davantage soucieuses du temps long que des résultats immédiats et qui risquent de faire perdre du terrain à leurs projets. La concentration du pouvoir plutôt que la centralisation se raidit ou s'ouvre aux particularismes50.

La France qui au XIXe siècle a davantage établi l'assise géographique hexagonale d'un pouvoir étatique qu'elle n'a réussi un empire colonial, prépare de ces modèles auxquels participent des hommes de toute provenance. Notables provinciaux, agents de l'église gallicane et de l'État51 donnent un exemple de développement politique, matériel et culturel qui n'est toutefois pas destiné à son adoption d'emblée. Les pratiques françaises semblent s'imposer par leur linéarité, ou, timorées sinon ambiguës, prêter davantage à la discussion et éventuellement, à leur adaptation. Quelle que soit la séduction de la première formule, en

——————————

49. Au delà de la description, une Histoire qui s'ébroue mollement dans la narration gagnera à utiliser en profondeur ses acquits pour mettre en valeur ses connaissances et la quantification des relations, des structures, des superstructures amoncelées avec prudence.

50. Cf. de nouveau B. Badie, P. Birnbaun, Sociologie de l'État, cit., en rappelant les expériences portugaise et piémontaise, l'importance des bureaucraties impériales et seigneuriales, municipales aussi.

51. D'après, par exemple (306).

Σελ. 46
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/47.gif&w=600&h=915 7. da Silva, L'historicite ...

prééminence anglo-saxonne, cette démarche concomitante ailleurs qu'en France, avec l'existence de particularismes, est implicite peut-être dans l'Histoire européenne chez des peuples qui ont connu des structures féodales ou apparentées, et dont les bureaucraties sont précisément attentives aux particularismes.

Ne nous attardons pas davantage à vouloir reprendre l'ensemble des fichiers pour voir quelles précautions sont nécessaires avant toute comparaison dans ce cadre. Nous voulons croire que, mis ensemble, les titres rassemblés vont au delà des descriptions et des comparaisons partielles parfois difficilement tentées.

Σελ. 47
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/48.gif&w=600&h=915 7. da Silva, L'historicite ...

ΛΕΥΚΗ ΣΕΛΙΔΑ

Σελ. 48
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/49.gif&w=600&h=9157. da Silva, L'historicite ...

JOSÉ GENTIL DA SILVA

FICHIER BIBLIOGRAPHIQUE

ÉTUDES GÉNÉRALES SUR L'ENFANCE ET LA JEUNESSE

1. Beales, Ross W., "In Search of the Historical Child: Miniature Adulthood and Youth in Colonial New England", American Quarterly, 1975.

2. Bergamasco - Lenarda, Lucia, "La naissance et la petite enfance en Nouvelle Angleterre à l'époque coloniale, 1630 - 1750", Revue d'histoire moderne et contemporaine, t. 31,1984.

3. Bremmer, Robert, éd., Children and Youth in America. A Documentary History, Cambridge, Mass., 1970.

4. Dyhouse, Carol, Girls Growing Up in Late Victorian and Edwardian England, London 1981.

5. Pass, Paula S., The Damned and the Beautiful: American Youth in the 1920's, New York 1977.

6. Flandrin, Jean - Louis, "L'attitude à l'égard du petit enfant et les conduites sexuelles dans la civilisation occidentale. Structures anciennes et évolution", Annales de démographie historique, 1973.

7. Fleming, Stanford, Children and Puritanism. The Place of Children in the Life and Thought of the New England Church, 1620 - 1847, New Haven, Conn., 1933.

8. Gesell, A., France, L. J., Le jeune enfant dans la civilisation moderne, Paris 1971.

9. Gillis, John R., Youth and History: Tradition and Change in European Age Relations, 1770 - Present, New York, 1974.

10. Graven, Philip J., Jr., The Protestant Temperament. Patterns of ChildRearing, Religious Experience, and the Self in Early America, New York 1977.

11. History of Childhood Quarterly. The Journal of Psycho - history, New York 1973.

12. Kent, Joseph F., "Adolescence and Youth in XlXth Century America", Journal of Interdisciplinary History, vol. 2,1971.

Σελ. 49
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/50.gif&w=600&h=9157. da Silva, L'historicite ...

13. Kett, Joseph, Rites of Passage, Adolescence in America, 1790 to the Present, New York 1977.

14. Lancashire, I., éd.. Two Tudor Interludes: Youth and Hick Scorner, Manchester 1980.

15. Laslett, Peter, "L'attitude à l'égard de l'enfant dans l'Angleterre du XIXe siècle d'après les sources littéraires, politiques et périodiques", Annalesdé démographie historique, 1973.

16. Mause, Lloyd de, éd., The History of Childhood, New York 1974.

17. Mendel, Gérard, Pour décoloniser l'enfant, Paris 1971, 61979.

18. Morel, Jean - Paul, "Sur quelques aspects de la jeunesse à Rome", Mélanges J. Heurgon. L'Italie pré - romaine et la Rome républicaine, Roma 1976, vol. 2.

19. Pinchbeck, Ivy, Hewitt, Margaret, Children in English Society, I. From Tudor Times to the XVIIIth Century, London 1969, II. From the XlXth Century to the Children Act, 1948, London 1973.

20. Short, R. V., "L'évolution de la reproduction humaine", E. Sullerot, éd., Le fait humain, Pans 1978.

21. Slater, Peter J., Children in the New England Mind: in Death and in Life, Hamden, Conn., 1977.

22. Smith, S. R.; "Religion and the Conception of Youth in XVIIth Century England", History of Childhood Quarterly, II, 1974 - 5.

23. Stockwell, Edward, éd., The Methods and Materials of Demography, Orlando, Flo., 1976.

24. Tenfelde, Klaus, "Grosstadtjugend in Deutschland vor 1914. Eine historische demographische Annäherung", Vierteljahrschrift für Sozial - und Wirtschaftsgeschichte, vol. 69, fasc. 2, 1982.

25. Thomson, Thea, Edwardian Childhood, London 1982.

26. Viderman, Serge, La construction de l'espace analytique, Paris 1970.

I. LA REPRODUCTION HUMAINE ET LA SITUATION FAITE À L'ENFANT ET AU JEUNE

1. Contraintes attribuées au monopole féminin

27. Audibert, Agnès, Le matriarcat breton, Paris 1984.

28. Blanchet, Didier, Blum, Alain, "Naissance, coût de l'enfant et activité de la mère: un modèle", Population, a. 39, n° 2, 1984.

29. Breckenridge, Mary Β., Age, Time, and Fertility, Orlando, Flo., 1983.

30. Bridenthal, Renate, "Beyond Kinder, Küche, Kirche: Weimar Women at Work", Central European History, vol. 6, n° 2, 1973.

Σελ. 50
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/51.gif&w=600&h=915 7. da Silva, L'historicite ...

31. Browne, R. E., "Breast Feeding in Modern Times", American Journal of Clinical Nutrition, 1973.

32. Dunn, F. J., "Consistency and Change in Styles of Mothering", CIBA Foundation Symposium, n° 35.

33. Fauve - Chamoux, Antoinette, "La femme devant l'allaitement", Annales de démographie historique, 1983.

34. Filer, L. J., "Infant Feeding in the XIXth Century", Pediatrics, 1971.

35. Gelis, J., Läget, M., Morel, M. - F., Entrer dans la vie, naissances et enfants dans la France traditionnelle, Paris 1978.

36. Hait, H., Bax, M., Jenkins, S., "Community Influences in Breast Feeding", Children Care, Health and Development, 1980.

37. Hanna, J. C., "Breast Feeding Versus Bottle Feeding in Relation to Oral Habits", Journal of Dent. Children, 1967.

38. Henry , Louis, Houdaille, Jacques, "Célibat et âge au mariage aux XVIIIe et XIXe siècles en France, I. Célibat définitif", Population, a. 33, n° 1, 1978.

39. Henry, L., Houdaille, J., "Célibat et âge au mariage aux XVIIIe et XIXe siècles. II. Age au premier mariage", Population, n° 2, 1979.

40. Hill, J. F., "Infant Feeding: Historical and Current Views", Pediatry in Clinics in Northern America, 1967.

41. Hofstee, E. W., "Naissance, alimentation et mortalité des nourrissons dans leurs différences régionales" (en néerlandais), Bevolking en Gezin (La Haye), 1983, vol. 2, supplément.

42. Judy, Nina, Production, Reproduction, and the Status of Women, Ph. D. 1980, The University of New York at Stony Brook.

43. Klapisch - Zuber, Christiane, "La 'mère cruelle'. Maternité, veuvage et dot dans le Florence des XIVe - XVe siècles", Annales, E.S.C., vol. 38, fasc. 5, 1983.

44. Knibiehler, Yvonne, Fouquet, C., L'histoire des mères du Moyen Age à nos jours, Paris 1981.

45. Knodel, John, "Breast - Feeding and Population Growth", Science, n° 198, 1978.

46. Laget, Mireille, Naissance. L'accouchement avant l'âge de la clinique, Paris 1982.

47. Laget, M., "Note sur la réanimation des nouveaux - nés (XVIIIe - XIXe siècles)", Annales de démographie historique, 1983.

48. Laget, M., Morel, M. F., Entrer dans la vie. Naissance et enfance dans la France traditionnelle, Paris 1978.

49. Laslett, Peter, "Le rôle des femmes dans l'histoire de la famille occidentale", E. Sullerot, éd., Le fait féminin, Paris 1978.

Σελ. 51
http://www.iaen.gr/includes/resources/auto-thumbnails.php?img=/home/www.iaen.gr/uploads/book_files/17/gif/52.gif&w=600&h=9157. da Silva, L'historicite ...

50. Lesthaeghe, R., "L'allaitement comme explication des différences régionales dans la fécondité et la mortalité des nourrissons: les Pays - Bas et la Belgique" (en néerlandais), Bevolking en Gezin, vol, 2, supplément, 1983.

51. Lewis, Joan, The Politics of Motherhood. Child and Maternal Welfare in England, 1900 - 1939, Beckenham, 1980.

52. Lithell, Ula - Britt, "Breastfeeding, Infant Mortality and Fertility", Journal of Family History, n° 6, 1981.

53. Lithell, Ulla - Britt, "Breast Feeding and Reproduction: Studies in Marital Fertility and Infant Mortality in XlXth Century in Finland and Sweden", Studia Historica Upsaliensia, fasc. 120, 1981.

54. Mineau, Géraldine, Trusseli, James, "A Signification of Marital Fertility by Parent Age. Age at Marriage and Marriage Duration", Demography, vol. 19, fasc. 3,1982.

55. Morel, M. F., "Théories et pratiques de l'allaitement en France au XVIIIe siècle", Annales de démographie historique, 1976.

56. Rich, Α., Naître d'une femme, la maternité en tant que expérience et institution, Paris 1980.

57. Rollet, Catherine, "L'allaitement artificiel des nourrissons avant Pasteur", Annales de démographie historique, 1983.

58. Ronsin, Francis, La grève des ventres. Propagande néo - malthusienne et baisse de la natalité française, XIX - XXe siècles, Paris 1980.

59. Sand, Ε. Α., "L'évolution de l'allaitement maternel en Occident", E. Herbine, éd., D'amour et de lait..., Paris 1980.

60. Schnucker, R. V., "The English Puritanism and Pregnancy, Delivery and Breast Feeding", History of Childhood Quarterly, 1974.

61. Shorter, Edward, "Female Emancipation, Birth Control, and Fertility in European History", American Historical Review, vol. 78, n° 3, 1973.

62. Sjolin, S., "Present Trends in Breastfeeding", Current Medical Research and Opinion, supplément 1,1976.

63. Sokolova, Z. P., "Age au mariage parmi les Khauts et les Mansis" (en russe), Sovetskaja Etnografija, fasc. 2, 1982.

64. Sussman, G. D., "The Wet - Nursing Business in XIXth Century France", French Historical Studies, 1975.

65. Sussman, G. D., "The End of the Wet - Nursing Business in France 18741914", Journal of Family History, II, 1977.

66. Sussman, George D., Selling Mother's Milk: The Wet - Nursing Business in France, 1715 - 1914, Champaign, Univ. of Illinois, 1982.

67. Vahlquist, B., "Evolution of Breastfeeding in Europe", Journal of Tropical Pediatry Environment and Children Health, 1975.

68. Van de Walle, Etienne, Van de Walle, Francine, "Allaitement, stérilité

Σελ. 52
Φόρμα αναζήτησης
Αναζήτηση λέξεων και φράσεων εντός του βιβλίου: L’ historicité de l’ enfance et de la jeunesse dans la production historique récente
Αποτελέσματα αναζήτησης
    Ψηφιοποιημένα βιβλία
    Σελίδα: 33
    7. da Silva, L'historicite ...

    concerne l'éducation dans l'Alaska sous la domination russe (940). Tous ces travaux sont d'origine étrangère.

    L'impact de la Révolution sur la pédagogie (941) et l'action de l'Armée Rouge pour l'alphabétisation et la formation de cadres ruraux échappent assez à notre sujet mais méritent d'êtres notés (947). Nous y revenons avec un titre sur la création de l'appareil de l'éducation nationale au sein des soviets locaux (945). De toute manière, il n'est pas sans intérêt de voir l'éducation s'adresser à tous et non seulement à certaines classes d'âge. Enfin, un ouvrage en collaboration traite de l'instruction publique en U.R.S.S. de 1917 à 1967 (950).

    L'INSERTION DES ENFANTS ET DES JEUNES DANS LA CITÉ

    Quoique difficilement acquise, l'insertion des enfants et des jeunes dans la cité est sans doute l'aspect positif de leur historicité. Elle s'opère selon différentes perspectives. D'une part il y a certes, la préservation des patrimoines et la transmission du pouvoir qu'organisé l'éducation (970). D'autre part, le souci que représentent les pauvres, ce National Sin que dénonce en 1717 Laurence Braddon34, se trouve conforté par les mêmes moyens. Il reste à faire en sorte que les enfants et les jeunes deviennent les atouts d'un État enfin sûr de lui-même et, contradictoirement à première vue, les complices d'une société de consommation parfaitement dominée par des intérêts placés au-dessus des nations. De même qu'aux femmes, aux enfants et aux jeunes a été reprochée jusqu'au XIXe siècle, la dissipation, jugée fauteur d'une inquiétude incontrôlable. Ensemble, et après les travailleurs, ils se trouvent promus au XXe, agents économiques, c'est-à-dire épargnants et consommateurs qui relancent perpétuellement les profits et les spéculations.

    Les voici flattés tant que leurs prétentions politiques ne font mettre un frein au "développement économique". Ainsi, le résultat de leurs "caprices", de leurs revendications et de leurs luttes est intégralement récupéré par le système marchant. Définitivement, du moins en apparence, il ne s'agit désormais que d'incartades, plutôt que de menaces sérieuses. En conséquence, une phase de concessions s'ouvre. Le vote offert aux adolescents fait assumer les responsabilités permises par davantage d'adultes, une large part de la population dont est attendue une réaction complaisante, de néophyte; plus insidieusement, l'ouverture

    ——————————

    34. The Miseries of the Poor are a National Sin, 1717.